Vous êtes ici : » Crédit » L’affaire Tapis: La Cour de Justice auditionne Christine Lagarde

L’affaire Tapis: La Cour de Justice auditionne Christine Lagarde

La directrice générale du Fond Monétaire International FMI est convoquée aujourd’hui par la Cour de justice de la République pour l’auditionner dans le cadre de l’enquête sur l’arbitrage dont a bénéficié Bernard Tapie pour la vente d’Adidas. Son audition doit avoir lieu jeudi 23 et vendredi 24 mai.

Christine Lagarde

Christine Lagarde

L’ancienne ministre et patronne du FMI a manifesté son désir et « hâte » de répondre aux magistrats.

La Garde , était convoquée dans l’intention de s’expliquer sur son rôle dans cette affaire polémique, dans le but de juger les actes commis par les ministres dans l’exercice de leurs fonctions.

L’ancienne ministre de l’Économie, désormais patronne du FMI qui l’a jusqu’à présente assurée de son appui en dépit de l’affaiblissement de sa position ,pourrait pourtant être poursuivie pour « complicité de faux et de détournement de fonds publics ». depuis l’été 2011 et son domicile a été perquisitionné en mars dernier. La cour peut aussi décider de la placer sous le statut de témoin assisté, plus favorable.

Forte de « la confiance » du FMI, des autorités françaises et de ses amis politiques, Christine Lagarde est venue justifier le recours à un tribunal arbitral qui avait condamné Le 7 juillet 2008 le Consortium de réalisation (CDR), organisme public gestionnaire du passif du Crédit lyonnais après sa quasi-faillite , à verser 285 millions d’euros (environ 400 millions avec les intérêts) d’indemnités à Bernard Tapie dont 45 millions à titre de préjudice moral (403 millions d’euros avec les intérêts)..

Devant la commission des finances de l’Assemblée nationale en septembre 2008, Christine Lagarde avait assuré n’avoir jamais évoqué avec Nicolas Sarkozy, alors président, cette décision controversée de recourir à l’arbitrage plutôt que de s’en remettre à la justice.

L’ancienne ministre Christine Lagarde a été accusée par certains socialistes (François Bayrou notamment) d’avoir encouragé Bernard Tapis qui a ,dès le 4 juillet 1995 réclamé 229 millions d’euros au Crédit lyonnais ainsi qu’au Consortium de réalisation (CDR), devant le Tribunal de Commerce de Paris et avait sollicité Nicolas Sarcozi aux élections de 2007 Nicolas Sarkozy et sa ministre Christine Lagarde ont cependant infirmé tout détournement.

L’actuel ministre de l’Économie et des Finances Pierre Moscovici pense à un recours en nullité contre l’arbitrage en faveur de Bernard Tapie. Il a souligné que son  » rôle est d’être vigilant et de veiller à ce que les intérêts de l’état ne soient pas lésés », en assurant que l’ex-ministre « conserve toute la confiance des autorités françaises ».

Ce contenu a été publié dans Crédit, Credit Lyonnais. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>